Pourquoi et comment s’engager dans une démarche de RSE ?

La Responsabilité Sociétale des Entreprises – ou RSE – est définie depuis plus d’une décennie par la Commission européenne comme « l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes » [1], même si on attribue à H.R. Bowen la paternité de cette expression [2]. Les nombreux changements entourant la théorie et la pratique de la RSE en font un concept relativement flou, ce qui contribue à rendre 51% des Français sceptiques [3] quant à la sincérité et à l’efficacité réelle des mesures prises par les entreprises dans le cadre de leur politique RSE. Pourtant, 78% d’entre eux estiment que des engagements concrets en faveur d’une politique RSE engagée permettrait à l’entreprise qui l’initierait de gagner en crédibilité. En d’autres termes, l’entreprise n’est plus vue aujourd’hui comme une simple machine à profit mais bien comme un acteur à part entière de la société. Et c’est à ce titre qu’elle doit contribuer à son équilibre en développant des initiatives positives pour le bien commun. C’est justement cet attendu de la société civile qui fonde l’intérêt des entreprises à développer une politique RSE pérenne et d’autres facteurs rendent cet effort d’autant plus pertinent pour les entreprises.

 

Pourquoi la RSE est au cœur des préoccupation du chef d’entreprise

Si la société civile nourrit une attente profonde quant à l’impact sociétal des entreprises, déployer une politique RSE affirmée a également un impact des plus positifs en interne. Selon une étude menée par France Stratégie (ex. commissariat général à la Stratégie et à la Prospective), les entreprises qui ont entrepris une démarche RSE ont connu un accroissement de leurs performances de l’ordre de 13% [4].

Plusieurs raisons pourraient expliquer cette bonne dynamique. Tout d’abord, les initiatives favorables au bien commun ont un impact sur la visibilité et sur la valorisation de la marque. Toutefois, comme le rappelle le cabinet PwC, cette démarche ne doit pas s’apparenter à une forme quelconque de greenwashing mais bien relever d’une démarche volontaire et bienveillante, au risque de souffrir d’un effet boomerang délétère pour l’image et les performances de l’entreprise. Cette composante est d’autant plus importante que 70% des salariés accorent une importance marquée aux enjeux de RSE et que 90% d’entre eux estiment que leur organisation doit investir les problématiques de développement durable [5].

La société civile et les salariés voient donc d’un très bon œil l’engagement RSE d’une société et il en va de même pour l’Etat. Soutenir financièrement ou par un mécénat de compétences des associations permet en effet de bénéficier d’avantages fiscaux tout comme certaines initiatives liées à la transition écologique [6] comme le souligne le cabinet Pictet [7]. Les voyants sont au vert pour le RSE, mais par où débuter ?

 

Comment initier sa politique RSE ?

Comme l’écrivait déjà Jean Bodin en 1576 dans ses éternels Six livres de la République, « il n’est de richesse que d’hommes ». L’adage est particulièrement vérifiable pour un dirigeant qui souhaite initier une véritable politique RSE. S’appuyer sur ses collaborateurs, dans une logique « Bottom-up » permet non seulement de les impliquer au projet global de la société mais surtout de recueillir leurs meilleures idées. Les normes ISO constituent également une bonne feuille de route qu’il convient cependant de compléter.

Un autre axe pertinent est de se référer aux valeurs de l’organisation. Si cette dernière met en avant « l’indépendance », pourquoi ne pas soutenir des initiatives en faveur de l’éducation ? En plus de concrétiser le positionnement de la société, ces initiatives ont pour effet de valoriser l’image de la marque à l’instar de Lego. La société danoise, ayant pris conscience de l’impact délétère du plastique pour le climat et de la mauvaise réputation de ce matériau a pris des engagements forts notamment auprès du World Wild Fund for Nature (WWF) [8] afin de réduire de manière concrète son empreinte sur l’environnement et améliorer d’autant son image. Le maître mot pour initier une politique RSE est inscrit sur le fronton du temple de Delphes : « Connais-toi toi-même ».

EveryAct vous permet d’aller plus loin. Car si l’implication de vos collaborateurs est indispensable au déploiement d’une politique RSE digne de ce nom, il importe de créer les leviers et les conditions de cette dernière. C’est pourquoi avec ses éco-défis à relever la plateforme EveryAct est l’outil qui permettra de créer l’enthousiasme de vos équipes. De les sensibiliser, de leur apporter de nouvelles connaissances ou encore de leur partager un sentiment d’accomplissement en leur permettant de visualiser simplement les impacts positifs des actions relevées par votre collectif. EveryAct, c’est la solution pour fédérer vos équipes vers une ambition RSE digne des entreprises aux modèles les plus durables .

[1] Communication de la commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions – « sociale des entreprises : une nouvelle stratégie de l’UE pour la période 2011-2014 », 2010. [En ligne], disponible sur : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=celex:52011DC0681

[2] H. R. BOWEN, 1953. « Social responsibilities of the businessman », University of Iowa Press.

[3] BVA, 2020. « Les français et la RSE – sondage BVA pour TBWA\corporate ». [En ligne], disponible sur : https://www.bva-group.com/sondages/francais-rse-sondage-bva-tbwacorporate/

[4] S. BENHAMOU, M. A. DIAYE, P. CRIFO, 2016. « Responsabilité sociale des entreprises et compétitivité ». [En ligne], disponible sur : https://www.strategie.gouv.fr/publications/responsabilite-sociale-entreprises-competitivite

[5] PricewaterhouseCoopers, 2017. « Post-RSE : vers une obligation d’impact social positif pour les entreprises ? ». [En ligne], disponible sur : https://www.pwc.fr/fr/decryptages/humain/post-rse-d-un-enjeu-d-image-a-la-creation-de-missions.html

[6] Ministère de l’Economie et des Finances, 2021. « Aides aux entreprises pour favoriser leur transition écologique ». [En lige], disponible sur : https://www.economie.gouv.fr/cedef/aides-entreprises-transition-ecologique

[7] S. EISINGER, 2018. « Ma Investissements responsables (ISR) : les preuves s’accumulent » https://www.am.pictet/fr/france/global-articles/2017/educational/financial-case-for-esg-nov17

 

[8] Lego, 2021. « About Us – partnerships ». [En ligne], disponible sur : https://www.lego.com/fr-fr/aboutus/wwf-partnership/

10 mars 2021 – 8 min de lecture